La MLJ face à la fracture numérique

images (16)

Nous sommes allés à la rencontre de Mehdi Bounoua , la personne en service civique de la Mission Locale Jeunes du Grand Narbonne : dans le but de l’interroger sur la fracture numérique et sur sa mission au sein de la Mission Locale Jeunes du Grand Narbonne.

1692586

Q – Que pouvez-vous nous dire au sujet de la fracture numérique ?

R – Quand on parle de fracture numérique on parle du fossé qui s’est créé entre plusieurs catégories de personnes au niveau des outils informatiques (ordinateurs, tablettes, téléphones portables). On se retrouve avec d’un côté des personnes qui possèdent et qui savent utiliser ces différents outils et avec d’un autre coté des personnes qui ne possèdent pas ces outils, ou qui les possèdent sans savoir les mettre à profit dans leur recherche d’emploi.

Q – Pouvez-vous nous expliquer comment cette fracture s’est mise en place ? 

R – Il y a beaucoup de raisons qui pourraient l’expliquer, mais je pense que c’est dû au fait que les familles n’ont pas les mêmes revenus. Une famille avec des revenus bas n’aura pas accès aux nouvelles technologies de la même manière qu’une famille plus aisée.

Q – Que faites-vous pour remédier à ce problème ?

R – J’essaie d’aider les jeunes qui viennent à la mission locale du mieux que je peux : soit en mettant en place des ateliers spécifiques pour leur apprendre comment utiliser tous les outils numériques mis à leur disposition par la Mission Locale Jeunes, soit en restant à leur écoute et en les aidant lorsqu’ils sont sur les ordinateurs en libre-service. 6 PC sont ainsi disponibles aux horaires d’ouverture de la MLJ.

Q – Quel sont les différents problèmes auxquels vous êtes confrontés ?

R – Cela dépend. Suivant les jeunes qui viennent ici, certains vont venir pour imprimer des attestations de Pôle Emploi, d’autres pour faire leur CV ou leur lettre de motivation, ou encore faire des recherches d’offres sur internet. Ils viennent alors me voir pour savoir comment mettre leur CV en forme, imprimer leur document, ou pour découvrir les différents sites d’annonce pour leur recherche d’emploi.

Q – Y a-t-il des cas qui reviennent plus que d’autres ?

R – Le plus souvent ce sont les personnes en Garantie Jeunes qui viennent pour imprimer leur déclaration d’allocation et/ou pour voir leurs conseillers. Ils ont parfois besoin d’aide pour utiliser leur portail jeune ou pour s’y retrouver dans leurs allocations.

Q – Quel est le ressenti des jeunes par rapport à votre mission ?

R – Je pense qu’ils sont assez satisfaits, je n’ai eu que des retours positifs, ils sont contents d’avoir quelqu’un pour les aider dans leurs démarches et ils savent vers qui se tourner lorsqu’ils rencontrent un problème. Ils sont également plus à l’aise et plus ouverts quand ils apprennent que j’ai aussi été suivi dans le cadre de la Garantie Jeune et que j’ai suivi le même parcours qu’eux, cela les rassure.

Q – Et vous ? Que pensez-vous de votre mission ?

R – Lorsque j’ai commencé à travailler ici j’avais peur de m’ennuyer ou de ne pas servir à grand-chose. Mais je me suis rendu compte qu’il y a ici un réel besoin. Même si la plupart des jeunes savent se servir d’un ordinateur, d’autres en revanche ont de grosses difficultés. Ils se retrouvent alors pénalisés dans leur insertion du monde du travail. C’est pourquoi je suis là pour les aider du mieux que possible à se familiariser avec les outils numériques facilitant leurs démarches professionnelles.

Logo Service Civique